Les belles
balades balisées

 

Cimetière américain 

et 

Mémorial d'Henri-Chapelle

 

Le cimetière tient son nom de l'antique village d'Henri-Chapelle situé sur la route Liège - Aix-la-Chapelle, qui lui-même fut dénommé ainsi en 1172 par une charte officielle d'Henri III, Duc de Limbourg. Il possède une belle église de style ogival avec dôme roman qui date du 17ème siècle. C'est un site historique.

D'une superficie d'environ 23 hectares, ce cimetière militaire a été créé en septembre 1944 par la 1ère Division d'Infanterie de la 1ère armée américaine. La construction du cimetière et du Mémorial fut terminée en 1960 et l'inauguration eut lieu le 9 juillet de la même année.

C'est ici que sont inhumés les soldats américains tombés au cours de deux grandes phases de la guerre: l'avance de la 1ère armée à travers le nord de la France, la Belgique, la Hollande, le Luxembourg et l'Allemagne en septembre 1944, et l'âpre “Bataille des Ardennes” au cours de laquelle la région fut envahie par l'ennemi et où, à cet endroit même, furent installés les avant-postes de la ligne de défense américaine. Les corps des soldats qui avaient été inhumés dans les cimetières provisoires de Fosse (près de Namur) et de Foy (près de Bastogne), en Belgique, ont tous été transférés ici. Le cimetière de Foy, qui fut lui-même le théâtre de combats acharnés, renferma jusqu'à 2.700 corps de soldats tombés lors de la Bataille des Ardennes.

A Henri-Chapelle reposent 7.989 soldats de l'Union, dont la plupart donnèrent leur vie lors de la contre-offensive allemande ou au cours de l'avance des armées de l'Union à travers l'Allemagne pendant l'automne et l'hiver 1944, puis au printemps 1945. Ce cimetière est aussi le lieu de repos des aviateurs abattus au-dessus de la région.

Aux morts glorieux de la 1ère Division vient s'ajouter la longue liste de ceux des autres divisions U.S.: la 2ème division d'Infanterie, la 4ème, la 5ème, la 9ème, le 28ème et la 83ème; les 29ème et 30ème qui prirent part à l'encerclement d'Aix-la-Chapelle; la 35ème qui combattit sur la plage d'Omaha en Normandie; la 70ème, la 78ème et la 79ème division; les 26ème, 75ème, 87ème et 4ème divisions blindées qui aidèrent à écraser l'offensive de von Rundstedt en venant dégager la 101ème encerclée à Bastogne. Et d'autres encore: les 84ème, 95ème, 100ème, 102ème, 104ème et 106ème divisions qui subirent de lourdes pertes lors de la contre-offensive allemande; la 7ème division blindée que l'on compte au nombre des vaillants défenseurs de la ville de Saint-Vith près d'ici, où tout un corps d'armée ennemie, sûr d'obtenir une victoire facile, fut arrêté net. Citons également les 89ème, 90ème et 94ème divisions d'Infanterie et les 5ème, 6ème, 8ème, 11ème et 12ème divisions blindées qui foncèrent à travers la Sarre pour ouvrir le passage vers le Rhin aux 3ème et 7ème armées; la 2ème division blindée du Général Patton; la 3ème division blindée qui encercla 40.000 soldats allemands à Mons en Belgique; la 7ème armée qui avança sur Liège; la 9ème division blindée “Phantom”; la 10ème division blindée et la 82ème division aéroportée qui, avec la 101ème, livrèrent une lutte sans merci pour reconquérir Bastogne.

Au cours de la Bataille des Ardennes, des unités ennemies portant l'uniforme américain réussirent à pénétrer jusqu'à Henri-Chapelle ou elles furent capturées.

A l'ouest de la route Liège - Aix-la-Chapelle qui traverse l'enceinte du cimetière s'étend une vaste esplanade d'où l'on surplombe tout le site et où se dresse l'un des mâts porte-drapeau. La route d'accès au belvédère est bordée de tilleuls. Le cimetière proprement dit comporte 1.615 m de haies d'aubépine, 950 m de bordures de buis et 24 massifs de rhododendrons.

Du haut de l'esplanade s'offre à la vue un merveilleux panorama de collines boisées, piquées de clochers pointus: la vallée de la Berwinne et le Plateau de Herve, qui fut également le théâtre de durs combats.

L'avenue qui conduit à la colonnade est bordée de parterres de rosiers roses et rouges entourés d'iris et de népètes. D'autres massifs de roses blanches, auxquelles se mêlent des fleurs saisonnières, pétunias et géraniums, s'étalent au pied même de la colonnade; l'espace qui la sépare de la chapelle et du musée est marqué par une rangée d'ifs.

Une terrasse de gazon fin bordée de buis taillé rehausse encore la beauté sévère du Mémorial, aux extrémités duquel on a planté des saules pleureurs dont la masse de feuillage léger met en valeur la grandeur de l'ensemble architectural.

Les allées qui conduisent aux carrés des tombes sont bordées de buis taillé mais les talus qui les bordent sont couverts de “cotoneaster horizontalis”. Ça et là, ponctuant les espaces gazonnés entre les stèles, l'on distingue des groupes de charmes, d'ifs et de bouleaux.

Des massifs de buis croisant en liberté habillent la nudité du mur qui clôt le cimetière. Par contre, l'enceinte ou se dresse le drapeau est bordée de buis taillé et encadrée de charmes.

Au-delà du mur d'enceinte ont été plantés des sapins, des bouleaux, des mélèzes et des rhododendrons qui, plus tard, formeront un cadre imposant autour du cimetière.

Les architectes auxquels a été confiée la réalisation du cimetière et du Mémorial sont Holabird, Root et Burge de Chicago, Illinois. L'architecte-paysagiste est Franz Lipp, également de Chicago.

Le Mémorial comporte deux bâtiments: la chapelle à gauche et le musée-salle des visiteurs à droite, reliée par une colonnade comprenant 12 paires de piliers rectangulaires. A l'est de la colonnade, une large terrasse flanquée d'allées conduit vers les carrés des tombes situés en contre-bas. Le Mémorial est recouvert extérieurement de pierre calcaire de Massangis provenant de la Côte d'Or (France). Le sol de la colonnade, de la chapelle et du musée est en granit du St. Gothard (Suisse).

Les piliers de la colonnade portent les noms de 450 disparus qui donnèrent leur vie pour leur pays mais dont les restes ne furent jamais retrouvés ou n'ont pu être identifiés. Y est aussi gravé le sceau des Etats et Territoires de l'Union. La frise de la colonnade, en mosaïque vernissé, est décorée de 13 étoiles d'or.

La porte de la chapelle est en bronze. L'autel allie le marbre bleu de Belgique au marbre vert d'Issorie, Italie. Les bancs de noyer ont été placés de façon asymétrique par rapport à la Croix, et les sources de lumière qui les éclairent accentuent l'effet d'asymétrie recherché pour parfaire l'équilibre harmonieux de l'ensemble.

Face aux carrés des tombes s'élève un Archange de bronze faisant don d'une branche de laurier au Héros Mort pour lequel il implore le Tout-Puissant.

L'enclos des sépultures se divise en huit carrés de tombes désignés chacun par une lettre, de “A” à “H”. Une large pelouse centrale d'où partent des sentiers gazonnés sépare l'ensemble des carrés. Les rangées de stèles s'incurvent légèrement et se succèdent sur une immense étendue de gazon qui descend en pente douce et surplombe un paysage de collines boisées qui fut aussi un champ de bataille.

Les soldats qui reposent ici venaient de 49 Etats de l'Union, dont le “District of Columbia” (Ville de Washington), ainsi que de Grande-Bretagne et de Panama. Parmi les tombes, on relève 32 fois les noms de deux frères et même une fois ceux de trois frères qui reposent côte à côte. Des stèles marquent aussi les tombes de 94 soldats inconnus. La grande pelouse centrale conduit à l'enceinte où se dresse le drapeau sur un fond de sapins et de chênes.

Le plus haut en grade des officiers inhumés ici est le Général de Brigade Frederick W. Castle, des Force de l'Air U.S., abattu dans la région le 24 décembre 1944 alors qu'il commandait la plus grande formation de bombardiers ayant jamais opéré dans toute l'histoire de la guerre.

Presque toutes les tombes d'Henri-Chapelle ont été adoptées par des familles belges de la région, qui les visitent et les fleurissent régulièrement. Toutefois, les frais d'entretien du cimetière incombent à l'American Battle Monuments Commission de Washington, organisme gouvernemental autonome, créé le 4 mars 1923 par une loi du Congrès U.S. avec mission d'ériger et d'entretenir des mémoriaux et cimetières militaires américains en territoire étranger.

Les visiteurs peuvent photographier le cimetière, mais les personnes désirant prendre des photos dans un but commercial doivent en faire au préalable la demande par écrit auprès du Bureau Européen de la ABMC. Pour tous renseignements concernant la décoration des tombes, s'adresser au secrétariat du cimetière.

Henri-Chapelle American Cemetery
rue du Mémorial Américain
B-4852 Hombroug
Belgique
Tél.: +32 87-68.71.73
Fax: +32 87-68.67.17

Galerie de photos

 

Extrait de: http://www.henrichapelle.com/francais.html
(pour plus de renseignements sur la région).