Blason de Charles le Téméraire

.
Charles le Téméraire

Dernier Duc de Bourgogne

 

Fils unique de Philippe le Bon, duc de Bourgogne et d’ Isabelle de Portugal, Charles naît à Dijon en 1433. 
Il sera élevé aux Pays-Bas. 
Homme d’un exceptionnel courage, il est cependant connu pour son caractère violent et impulsif. Il ne connaît qu’un moyen pour obtenir ce qu’il veut ; la force. 
En 1452, alors qu’il n’est que comte de Charolais, il réprime avec une extrême brutalité le soulèvement des Flamands. Il se brouille avec Louis XI. Charles n’hésitera pas à le défier en lui livrant bataille à Montlhéry (1465) et en mettant le siège devant Paris. Ainsi contraint-il le roi à signer les traités de Saint-Maur-des-Fossés et de Conflans par lesquels il récupère la Somme et la ville de Boulogne-sur-Mer.

Devenu duc de Bourgogne (le quatrième et le dernier), en 1467, son premier soin est de constituer une armée permanente constituée de mercenaires venant de tous les pays d’Europe. Son objectif ? Reconquérir la rive gauche du Rhin afin de faire la jonction entre ses terres de Bourgogne et de ses possessions en Flandres, pour reconstituer ainsi un grand état bourguignon dont il prendrait la couronne royale. 
Le duc Sigismond d’ Autriche lui apporte son aide en 1469 en lui vendant ses terres d’ Alsace et le pays de Brisgau, région du comté de Bade en Allemagne.

Se considérant comme souverain de droit divin, Charles le Téméraire multiplie les occasions de défier le roi de France, voire de l’humilier lorsqu’il oblige Louis XI après l’entrevue de Péronne (1468) à signer un traité qui cède la Champagne et la Brie au Bourguignon. Il va jusqu’à le contraindre d’assister à la répression des révoltés liégeois ! Or, le roi lui-même avait suscité et soutenu le soulèvement.

Mais Charles subit deux échecs : devant Beauvais (1472) tout d’abord, puis au cours de ses tractations avec l’empereur Frédéric III.

Ensuite, Charles le Téméraire se lance à l’attaque de l’Allemagne alors que l’Alsace se soulève contre lui. Aux portes de la Bourgogne, les Suisse inquiets, réagissent. Il n’en faudra pas plus pour que Charles parte en guerre contre eux. Dans la précipitation, il commet beaucoup d’erreurs tactiques et sera battu à Granson et à Morat en 1476.

En 1477, avec une nouvelle armée, il envahit la Lorraine et met le siège devant Nancy. 
C’est là que le 5 janvier il trouve la mort, vraisemblablement assassiné par l’un de ses généraux, le condottiere napolitain Campo Basso qu’il avait insulté auparavant.

Extrait de "La plume médiévale"

.

.

.

Charles le Téméraire