SCULPTURE

Del'Cour Jean

Né à Hamoir,  1627 - 1707

Jean DEL COUR, sculpteur, né à Hamoir, au pays de Liège, en 1627, et mort à Liège en 1707, âgé de quatre-vingts ans.
Il fait ses premières études à Liége. En 1648, le jeune artiste se rend à Rome pour se perfectionner. A son retour, en 1657, il s'établit à Liége, où il s'acquit une très-grande réputation.
Ses biographes, qui font l'éloge de sa modestie et de sa probité.
Par testament en date de 1702, conservé dans les archives de l'église de Hamoir, Jean Del'Cour laissa tous ses biens pour la fondation d'une chapelle au lieu de sa naissance et la célébration de deux anniversaires. Cette ancienne chapelle a été démolie en 1868, et les matériaux sont entrés dans la construction de la nouvelle église. On conserve dans celle-ci un tableau, daté de 1730 et représentant le Baptême de saint Jean-Baptiste. Ce tableau ornait l'autel des Saints Jean-Baptiste et François : on y lit une inscription qui rappelle cette fondation.

Liége renferme la plus grande partie des oeuvres connues de Jean Del'Cour

1° L'église Saint-Martin possède douze bas-reliefs, signés, en marbre de Gênes; ils recouvrent le bas des côtés de la chapelle du Saint-Sacrement, depuis l'autel jusqu'à la balustrade. Ils sont décrits, ainsi que d'autres oeuvres du même maître, dans Lavalleye, Esquisses historiques, page 203.

2° Le porche de l'église cathédrale renferme un christ de bronze, fondu d'après un modèle exécuté par l'artiste, pour être placé dans le fort nommé Dardanelle, que le prince-évêque Maximilien-Henri fit élever au milieu du pont des Arches, à Liége. (Voir Essai historique sur l'église de Saint-Paul, p. 167.)

3e On voit encore dans la même église deux médaillons représentant Saint Pierre et Saint Paul, ainsi que deux très-beaux bas-reliefs de marbre blanc, dont l'un figure les adieux de ces deux apôtres et l'autre représente Jésus-Christ donnant les clefs à Saint Pierre. Ces morceaux, très estimés des artistes, proviennent de l'ancienne collégiale de Saint-Pierre, démolie en 1811. (V. Saumery, Délices du pays de Liège, t. l, p. 120.)

4° Cette cathédrale possède aussi le Christ au tombeau, de marbre blanc exécuté pour les religieuses des Bons-Enfants.

5° Enfin la cathédrale renferme Saint Jean prêchant dans le désert, statue de bois qui passe pour un des chefs-d'oeuvre du maître.

Saint Jean--Baptiste, statue de bronze exécutée, en 1667, pour couronner la fontaine dédiée à ce saint dans la rue Hors-Château.

7° La fontaine de marbre de la rue Vinâve-d'Ile, ornée de quatre lions de bronze et surmontée d'une statue de la Vierge, aussi de bronze. C'est l'oeuvre la plus remarquable qui nous soit restée de ce grand artiste.

 8° La fontaine du Perron, un peu écrasée, produit néanmoins un bel effet. Elle est couronnée d'un joli groupe des trois Grâces.  On a placé dans l'hôtel de ville les six bustes qui couronnaient les six colonnes des angles.

9° On voit au fronton de l'église des Carmes déchaussés, aujourd'hui des pères Rédemptoristes, les armes de Maximilien-Henri de Bavière, soutenues par deux lions d'un dessin fort correct.

On attribue encore à Del'Cour le dais du trône d'un des princes-évêques et une tribune sculptée, qui viennent d'être placés dans la salle des séances du conseil provincial, à l'ancien palais des princes-évêques de Liége.

On voit, dans le choeur de la cathédrale de Gand, le monument de l'évêque Eugène-Albert d'Allamont.
On ne connaît aucune autre oeuvre authentique de Del'Cour, bien qu'on lui en attribue beaucoup.